Le CNRS   Autres sites CNRS Intranet
Structures formelles du langage - UMR 7023
 
 

 Accueil >

 

GDR 3195 ADYLOC 1 ET ADYLOC 2 : Langues, langage oral, cognition : Acquisition et dysfonctionnements

Responsable : Maya Hickmann, (2008-2015)

 

Site Internet : http://adyloc.cnrs.fr

Le GDR Adyloc 1 a été mis en place de 2008 à 2011, puis renouvelé de 2011 à 2015.

1. Coordination

  • Responsable du GDR :

Maya Hickmann (SFL, UMR 7023, Université de Paris 8)

  • Bureau :

Le bureau comprend quatre membres : le responsable du GDR et les trois responsables d’opérations :

• Opération I : Edy Veneziano (Modyco UMR 7114, Universités Paris 10 & René Descartes)

• Opération II : Harriet Jisa (DDL, UMR 5596 & Université Lyon 2)

• Opération III : Christophe Parisse (Modyco UMR 7114, & Université Paris 10)

  • Comité de pilotage :

Un comité de pilotage élargit le bureau pour inclure également des représentants de tous les thèmes dans chaque opération, un titulaire et des suppléants, dont le choix varie selon les besoins des rencontres.

  • Conseil scientifique consultatif :

Un comité scientifique consultatif a été constitué, comprenant des représentants français et étrangers issus de différents champs de recherche et/ou des experts concernant les problèmes spécifiques liés à l’application des recherches.

2. Contexte et enjeux

Au cours de la dernière décennie, une importante réflexion concernant le domaine de l’acquisition du langage a été amorcée dans la communauté des chercheurs en France, à l’occasion de différentes manifestations nationales et internationales, révélant clairement un besoin urgent de regroupement. Il est apparu en particulier que des initiatives étaient devenues indispensables pour encourager la coordination des forces scientifiques francophones concernant l’étude de l’utilisation de la langue orale (vocale et signée), dans son contexte multimodal, au cours de l’acquisition du langage dans des situations diverses, typiques et atypiques. La langue orale constitue en effet une dimension incontournable des travaux dans ce champ de recherche, tout en présentant des problèmes complexes à résoudre, qui lui sont propres et qui sont particulièrement difficiles à surmonter sur les deux plans théorique et méthodologique, résultant en des démarches parfois isolées et peu efficaces.

Depuis sa création en 2008, le GDR Adyloc contribue à fédérer, à structurer et à mutualiser les recherches concernant l’acquisition et les dysfonctionnements du langage oral en France et en francophonie. L’ambition est de promouvoir de nouvelles questions, approches et méthodologies, ainsi que de mutualiser et de développer les ressources et les outils nécessaires pour l’analyse des corpus de données en langue orale. Il s’agit d’élargir et de renforcer un réseau déjà existant en France, mais parfois de façon trop dispersée, pour le rendre plus efficace et plus visible dans le contexte des débats théoriques actuellement en cours sur le plan international, ainsi que dans le contexte des applications pertinentes en milieux scolaire et clinique (didactique des langues, pathologies du langage oral). De nouvelles initiatives attestent également du besoin de plus en plus pressant de mutualiser les corpus, parmi lesquels figurent, par exemple, ADONIS en France, CLARIN en Europe, des écoles thématiques CNRS et des appels à projets ANR centrés sur les corpus, ainsi que la mise en place récente de IR-Corpus, comprenant plusieurs consortiums, l’un d’entre eux étant entièrement consacré aux corpus oraux/multimodaux.

3. Perspectives scientifiques du GDR

L’ensemble du groupement est organisé de façon à fournir un cadre fédérateur permettant de faire émerger des axes forts de convergence. Il présente plusieurs dimensions, susceptibles d’enrichir et de faire avancer les recherches françaises sur le plan international, ainsi que de permettre à plus long terme la constitution d’un réseau pérenne autour de l’acquisition et des dysfonctionnements du langage oral.

  • Un cadre interdisciplinaire qui allie des disciplines émanant de l’INSH avec d’autres issues de l’INSB : sciences du langage (linguistique descriptive, formelle, typologie) ; neurosciences et psychologie (étude des comportements langagiers et de leurs substrats neuronaux en psycholinguistique, psychologie du développement, pathologies du langage), ingénierie liée au langage (linguistique computationnelle, analyses de corpus, modélisation).
  • Une perspective intégrative visant à articuler les différentes composantes du langage oral (phonologie, syntaxe, sémantique, pragmatique et compétences discursives) en montrant comment celles-ci peuvent interagir, ou au contraire être dissociées, au cours de l’acquisition et dans les dysfonctionnements, tout en tenant compte du contexte d’utilisation et de la multimodalité (par exemple, communication gestuelle).
  • Une approche comparative dans laquelle sont examinées conjointement des dimensions multiples de l’acquisition et des dysfonctionnements du langage oral, et qui implique :

• des comparaisons translinguistiques examinant des langues proches et/ou éloignées sur le plan typologique, avec une attention particulière aux corpus en français, langue dont les propriétés sont particulièrement propices à susciter un renouvellement de certains débats, et en incluant les langues des signes, dont l’acquisition n’a encore été que très peu étudiée ;

• des comparaisons entre différents types de locuteurs tout au long de la vie : enfants monolingues apprenant leur langue maternelle, enfants bilingues apprenant simultanément deux langues maternelles, multilinguisme et langues en contact, adultes apprenant une ou plusieurs langues étrangères, enfants ou adultes présentant divers déficits du langage oral ;

• l’étude de la variabilité : sont également prises en compte d’autres types de variations, notoires mais encore mal comprises, telles celles qui sont liées aux différences inter-individuelles au sein d’un même groupe, aux contextes d’utilisation de la langue, ou encore aux variations dans les performances d’un même individu à différentes périodes critiques de son développement.

4. Valorisation

Le GDR contribue à valoriser les recherches et à les rendre visibles dans la communauté scientifique, ainsi qu’à répondre à des enjeux de société en relation avec l’acquisition et les dysfonctionnements du langage oral.

  • Diffusion  : publications de la recherche fondamentale et organisation de manifestations nationales et internationales (groupes de travail, journées scientifiques, ateliers, colloques).
  • Enjeux de société  : implications de la recherche pour des applications sur le terrain, notamment en milieux scolaire et clinique (didactique des langues premières et étrangères, dysfonctionnements et pathologies).
  • Mutualisation des ressources et outils : une opération transversale est entièrement dédiée à regrouper les corpus oraux/multimodaux, à les mutualiser et à les informer en fournissant les outils nécessaires pour leur exploitation.

5. Missions

Le GDR Adyloc s’est donné deux objectifs principaux afin de développer et de promouvoir le fort potentiel des réseaux de collaborations existant en France, ainsi qu’en Europe et dans d’autres pays, en relation avec l’étude de l’acquisition et des dysfonctionnements du langage oral.

  • Objectif 1 : Le premier objectif est de fédérer et de structurer les recherches sur la langue orale autour de questions fondamentales au coeur du domaine de l’acquisition du langage, avec une attention particulière à l’étude de l’utilisation du langage oral en contexte. Cette spécificité s’accompagne de plusieurs impératifs scientifiques :

• explorer les interfaces entre les différentes disciplines et sous-disciplines concernées ;

• explorer toutes les composantes des compétences langagières, ainsi que différents types d’acquisition et de dysfonctionnements dans une perspective comparative et intégrative ;

• prendre en compte la dimension multimodale intrinsèque à la plupart des bases de données orales.

  • Objectif 2 : Le deuxième objectif est de répondre au besoin pressant de regrouper et de mutualiser les ressources et les outils existants ou actuellement développés dans de nombreux pays en relation avec l’analyse des corpus oraux/multimodaux. Cette mutualisation concerne deux volets : • les ressources : de nombreux corpus existent mais ils sont dispersés dans différentes équipes et donc encore insuffisamment identifiés ou peu mutualisés en France, ainsi qu’insuffisamment connus et reconnus sur le plan international ; • les outils : de nombreux outils actuellement développés pour l’étude de ces corpus sont encore insuffisamment utilisés par la communauté en France.

6. Activités

Afin d’atteindre ses objectifs, le GDR organise plusieurs types d’activités en parallèle. Celles-ci visent à :

• focaliser et concentrer les recherches par une structure organisée autour de plusieurs opérations représentant des perspectives complémentaires ;

• mettre en place des échanges abordant des thèmes porteurs transversaux à ces opérations et aux thèmes divers qui sont représentés dans chacune d’entre elles ;

• développer et mutualiser de façon efficace les ressources et les outils nécessaires à l’analyse des corpus oraux/multimodaux ;

• valoriser les recherches par les publications ou les manifestations nationales et internationales, ainsi qu’explorer leur potentiel d’application en relation avec les enjeux de société en milieux scolaire et clinique.

Un premier type d’activités vise la constitution d’une plateforme « Corpus » regroupant les bases de données disponibles et rendant accessibles les outils nécessaires pour les analyser. D’autres activités impliquent l’organisation de rencontres scientifiques pour fédérer, mailler et renouveler les questions impulsant les recherches dans l’étude de l’acquisition et des dysfonctionnements du langage oral à partir de corpus disponibles ou de nouveaux recueils de données.

  • Plateforme « Corpus » : Le GDR a mis en place et continue à développer une plateforme « Corpus » visant la constitution et la mutualisation des ressources et outils dans ce champ de recherche. Celle-ci a impliqué deux volets, qui sont enrichis au fur et à mesure des travaux :

• la mise en place d’un questionnaire visant à rassembler des informations sur les groupes possédant ou utilisant des corpus oraux/multimodaux et sur la nature de leurs recherches ;

• la mise en place d’un site comprenant plusieurs rubriques concernant ces corpus et le GDR de façon plus générale, à l’adresse suivante : www.modyco.fr/gdr/.

  • Rencontres scientifiques : En parallèle, le GDR organise des rencontres régulières permettant de faire fructifier les recherches dans un cadre collectif et mutualisé. Celles-ci sont de plusieurs types, faisant intervenir soit les seuls membres internes à l’architecture du GDR, soit la communauté plus large, dans le but à plus long-terme d’élargir le cercle des membres du GDR afin de pérenniser un large réseau dans le champ de l’acquisition et des dysfonctionnements du langage oral :

• des rencontres internes au GDR, réunissant les responsables de thèmes à plusieurs niveaux : réunions du comité de pilotage, groupes de travail, rencontres intra-opérations, rencontres inter-opérations ;

• des manifestations nationales et internationales faisant appel à toute la communauté en France et hors France sous la forme de journées, d’ateliers et de colloques.

A titre d’illustration, deux manifestations internationales ont particulièrement marqué les réflexions qui ont émergé dans le cadre de ce regroupement autour de ses deux objectifs principaux :

• Tools and research for language acquisition corpora Atelier international concernant les corpus oraux (CNRS Pouchet, Paris, 18-19 novembre 2010)

Cet atelier international a regroupé des experts de différents pays autour de questions concernant divers outils complémentaires pour la constitution, l’annotation et l’analyse des corpus oraux.

Adresse internet : http://adyloc2011.sfl.cnrs.fr

• Variations in first and second language acquisition : comparative perspectives Colloque international « Adyloc 2011 » (Université René Descartes, Paris, 7-9 juin 2011)

Cet important colloque international a regroupé tous les membres du GDR ainsi que les meilleurs spécialistes de l’acquisition du langage en France et à l’étranger autour de la question de la variation, qui constitue l’une des thématiques transversales aux activités du GDR. Adresse internet : www.modyco.fr/gdr/workshop/

D’autres manifestations sont prévues jusqu’en 2015 en fonction de nouvelles questions ayant émergé lors des années précédentes :

• 10-11 avril 2013 : Modeling in the study of acquisition

• 2014 : Multimodality and the acquisition of sign langauges

• 2015 : Critical periods in language acquisition

7. Architecture et organigramme

Le regroupement opéré dans le cadre du GDR Adyloc est structuré par trois opérations impliquant des responsables issus d’une quinzaine de laboratoires en France et en francophonie, d’une part, et par trois thèmes transversaux communs à l’ensemble du dispositif.

  • Opérations :

• Opération I : le langage oral tout au long de la vie, de la petite enfance jusqu’au vieillissement.

• Opération II : approche translinguistique de l’acquisition et des dysfonctionnements du langage oral, comparant des langues contrastées et/ou proches sur le plan typologique.

• Opération III : mutualisation des ressources et des outils pour l’étude des corpus oraux/multimodaux.

  • Thèmes transversaux :

• L’étude de la variabilité dans l’acquisition et les dysfonctionnements du langage oral : variations entre les langues, les individus, les types de locuteurs (enfants et adultes, monolingues et bi- ou multilingues), les contextes d’utilisation, les périodes du développement.

• L’étude de l’articulation entre différentes composantes du langage oral, leurs interactions et leurs dissociations, dans une perspective intégrative : phonologie, syntaxe, sémantique, pragmatique et compétences discursives.

• L’apport de méthodologies complémentaires ouvrant de nouvelles perspectives dans l’étude de l’acquisition et des dysfonctionnements du langage oral : productions spontanées ou recueillies dans des situations expérimentales contrôlées, compréhension, gestes co-verbaux, tâches non-verbales, couplage avec l’enregistrement des mouvements oculaires, mesures de l’activité cérébrale, etc.

8. Constitution d’un réseau pérenne plus large

Un réseau important a été constitué autour des thèmes centraux du GDR et s’est élargi au cours des années. Ce réseau est associé à différentes manifestations et a vocation à devenir pérenne à plus long terme. Il comprend nombre d’institutions et/ou de personnes dans la quasi totalité des sites concernés par l’acquisition et/ou les dysfonctionnements du langage oral en France (Aix/Marseille, Angers, Besançon, Caen, Clermont-Ferrand, Grenoble, Lille, Lyon, Montpellier, Nancy, Nantes, Nice, Orléans, Paris, Poitiers, Rennes, Rouen, Toulouse...). Il associe également des collaborateurs et d’autres chercheurs à l’étranger dans différents pays, qui incluent l’Australie, le Brésil, le Canada, Israël, le Mexique, les Etats-Unis et différents pays d’Europe (Allemagne, Autriche, Belgique, Espagne, Grande-Bretagne, Hongrie, Irlande, Italie, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Suède, Suisse, Turquie...).

http://www.cnrs.fr/inshs/recherche/...

 

GDR Adyloc

Lire la suite

 

 

 

CNRS
Université Paris 8
TUL